Chargement ...

La civilisation islamique

Valeurs sociales

Muhammad prônait l’amour du prochain

Muhammad dit : "Je jure par Dieu que vous ne pouvez pas être de vrais croyants en Lui sans aimer votre prochain. Je vais vous indiquer une action, qui, si vous la pratiquez, vous fera aimer votre prochain. Saluez-vous fréquemment et faites-en une habitude de tous les jours". (Rapporté par Muslim) De plus, il dit : "Nul ne devient un croyant vertueux sans souhaiter pour son frère ce qu’il désire pour lui-même". Il dit aussi: "Quiconque aide un croyant à surmonter une difculté, Dieu l’aidera à surmonter sa difculté le Jour du jugement, et Dieu continue d’aider un individu pour autant que cet individu aide les autres". (Rapporté par by Muslim)

 
history

Saluer une personne est un message de paix:

Muhammad dit: "Ne sous-estimez jamais la portée d’un acte charitable ou vertueux, même s’il s’agit d’un sourire jovial". Et il dit aussi : "Celui qui salue les autres en premier est plus proche de Dieu que les autres qui sont salués". Une autre fois, il dit à quelqu’un qui se renseignait sur la bonne manière de traiter les gens : "Offrez leur de la nourriture et saluez les personnes que vous connaissez ainsi que celles que vous ne connaissez pas". (Rapporté par Muslim 2626) Valeurs et mœurs 116

history

Muhammad avait l’habitude de saluer les autres chaleureusement:  

 on raconte dans des hadiths authentiques que Muhammad avait l’habitude d’aller à la rencontre des autres avec un visage rayonnant, et lorsqu’il serrait la main de quelqu’un, il n’enlevait jamais sa main en premier.

Muhammad avait un sens de l’humour développé  

il était joyeux et optimiste. Ceux qui avaient affaire à lui le décrivaient comme quelqu’un de sympathique, mais qui imposait en même temps le respect et la vénération. On raconte à de nombreuses reprises qu’il plaisantait avec ses amis, les personnes âgées et les enfants (y compris ses propres enfants et petits-enfants). À l’époque de Muhammad, faire la course était une distraction courante. On raconte que Muhammad ft plusieurs fois la course avec son épouse, ses enfants, et d’autres enfants

history

Un sens de l’humour développé avec une vieille dame:

on raconte qu’une vieille dame lui demanda de prier pour qu’elle soit admise au Paradis de Dieu. Muhammad lui répondit en plaisantant: "Les vieilles dames n’entrent pas au Paradis". Elle ne comprit pas ce qu’il sousentendait et semblait déconcertée. Mais peu après il expliqua: " Vous serez jeune lorsque vous entrerez au Paradis (à l’instar de toute personne qui y est admise)".



Sens élevé de l'humour avec les jeunes  

 

Anas Bin Malek raconta qu'un homme était venu voir Muhammad pour lui demander de le transporter sur un chameau. Muhammad dit: "Je vais te transporter sur le petit d'une chamelle?" L'homme répondit: "Que vais-je faire du petit d'une chamelle?" Puis Muhammad répliqua: "Tous les chameaux ne sont-ils pas les petits d'une chamelle?".5

history

Muhammad s'occupait des enfants et les aimait

Muhammad faisait attention aux enfants. Il avait l’habitude de les saluer et de jouer avec eux. Un jour Muhammad vit un petit garçon qui était triste parce son petit oiseau était mort. Bien qu’appelé à d’autres devoirs, il prit le temps de le consoler et le réconforter. Muhammad décrivit un père qui n'avait jamais embrassé son enfant comme dénué de toute miséricorde.



Muhammad aimait ses voisins:

Muhammad avait un voisin juif qui n’avait pas accepté l’islam et qui n’était pas gentil avec lui. Lorsque ce voisin juif tomba malade, Muhammad lui rendit visite chez lui, ce qui eut pour effet de l’adoucir. Par ailleurs, Muhammad rendit visite à un garçon juif chez lui lorsque celui tomba malade, pour la seule raison que le garçon avait travaillé pendant quelque temps comme domestique chez Muhammad

history

Muhammad insistait beaucoup sur la bonté envers le voisin:

Muhammad dit à ses compagnons que l’archange Gabriel mettait l’accent sur la gentillesse envers le voisin, au point que Muhammad pensa qu’une personne aurait droit à une part de l’héritage de son voisin. Muhammad déclara que quiconque croit en Dieu et au Jour du jugement se doit d’être bon envers ses voisins. Un jour, alors qu’il évoquait le sujet du voisinage avec un compagnon dénommé "Abu Thar", il lui dit: "Si tu fais cuire de la soupe, rajoutes-y de l’eau pour en donner une portion à tes voisins”



Muhammad mit un terme aux mauvais comportements sociaux:

Il mentionna à plusieurs reprises: "Les gens de bonnes mœurs sont les plus proches de Lui le Jour du jugement et Lui seront les plus chères". Il déclara aussi:

”Ne vous haïssez point, ne vous enviez pas les uns les autres, et soyez frères”. 7” Un croyant en Dieu ne jure pas, ne maudit pas et ne dit pas de gros mots”. 8  

history

Point de dérision ni de diffamation

Muhmamad récita les versets suivants du Saint Coran (considérés par les musulmans comme les paroles de Dieu, et non pas les propres paroles de Muhammad):

 

“Ô vous qui croyez ! Ne vous moquez pas les uns des autres, car ceux qui sont tournés en dérision valent mieux que ceux qui les raillent. Que les femmes ne se moquent pas non plus les unes des autres, car, là encore, les raillées sont parfois meilleures que leurs railleuses. Ne vous dénigrez pas et ne vous donnez pas de sobriquets injurieux. Quel vilain caractère que la perversion qui s’allie mal avec la foi ! Ceux qui ne se repentent pas sont les vrais injustes. ” le Coran, 49:11

history

Point de mauvaise opinion, de conjectures, d’espionnage ou de médisance  

“Ô croyants ! Évitez de trop conjecturer sur les autres, car il est des conjectures qui sont de vrais péchés. Ne vous épiez pas les uns les autres ! Ne médisez pas les uns des autres ! Lequel d’entre vous voudrait manger la chair de son frère mort ? Non ! Vous en auriez horreur ! Craignez donc Dieu ! Il est Indulgent et Miséricordieux. ” Le Coran, 49:12


Ne pas transmettre des nouvelles sans fondement

“Ô vous qui croyez ! Si un homme pervers vous apporte une nouvelle, vérifez-en la teneur, de crainte de faire du tort à des innocents, par ignorance, et d’en éprouver ensuite des remords”. Le Coran, 49:6

history

Les bonnes manières, une source d’enrichissement:

Muhammad faisait attention à l’étiquette comportementale. Il enseignait à ses compagnons que l’étiquette faisait partie de son mode de vie et de son exemple à suivre (sunnah). De plus, beaucoup de versets du Saint Coran recommandent la tendresse et les bonnes manières. Muhammad (pssl) indiqua que les anges sont gênés par ce qui gêne les êtres humains (c’est à dire les grosses voix, les mauvaises odeurs, etc.) Les points suivants sont un résumé de quelques-uns des aspects de l’étiquette comportementale islamique:

 

• Ne pas parler avec une voix forte et ne pas marcher avec arrogance
• Ne pas s’attarder lorsque l’on visite un malade, pour qu’il puisse se reposer
• Sentir bon lorsque l’on va à la mosquée. Ceux qui ont mangé de l’ail ou de l’oignon ne doivent pas venir à la mosquée, de peur que leur haleine ou rot ne dérangent les autres.
• Être prévenant envers les autres et leur faire de la place si l’on est dans un endroit plein de monde et où il est difcile de se faire une place.
• S’adresser à son prochain avec le nom ou surnom qu’il aime
• Mettre la main devant sa bouche lorsque l’on baille et demander la bénédiction de Dieu pour celui qui éternue.
• Utiliser les meilleures paroles et celles qui sont les plus acceptables pour l’auditoire, La bonne parole est un acte de charité dans l’islam
• Parler à ses parents avec bonté et ne pas leur crier dessus, ni même leur dire "ouff" (le plus anodin des mots à connotation négative, en arabe)
• Les enfants doivent toujours frapper à la porte et demander la permission, avant d’entrer dans la chambre des parents à certains moments de la journée.
• Lorsqu'on sert à boire aux autres, il est préférable de boire en dernier.
• Si l’on est invité à diner ou à un banquet, il est recommandé de manger la portion la plus proche de soi et de ne pas gêner les autres.
 

 

Étiquette à l’égard des femmes Baisser son regard, ne pas regarder une femme avec insistance ou des gens qui passent. On a vu Muhammad fléchir ses genoux pour que son épouse Safya puisse monter en premier sur un chameau, en posant les pieds sur les cuisses du prophète. (Bukhari 9/20)

history

Muhammad respectait l’opinion des autres
  

Lorsque ses instructions pouvaient être comprises ou perçues de deux manières différentes, il acceptait ces deux manières de voir les choses, pour peu qu’elles permettent d’atteindre le but recherché de façon légitime. Lors de la bataille de "That Al-Salassel", le chef des troupes musulmanes, Amr Bin Al-Aass fut l’objet de critiques pour avoir dirigé une prière sans faire le "ghusul" et les ablutions (il était alors dans un état d’impureté spirituelle). Muhammad l’écouta se justifer et accepta ses raisons. Amr dit à Muhammad que la nuit était froide et que s’il avait pris une douche, il aurait pu tomber malade et serait dans l’incapacité de diriger son groupe. (Al-Hakim, 1/177, 634. AbuDawoud 1/132, 334)

 

Anas Bin Malik raconta que, pendant les dix années durant lesquelles il fut au service de Muhammad, celuici ne lui a jamais posé les questions "pourquoi as-tu fait ceci ? et pourquoi n’as-tu pas fait cela?" (Al-Tirmidhi, 3351)

 

 

Muhammad encourageait la consultation et la démocratie "shura" :

Muhammad consultait toujours ses compagnons et son épouse. Il conseillait à ses disciples l’objectivité et la pensée rationnelle. Il leur permettait de s’assumer et les impliquait dans les processus de prise de décision.

 

Alors que les chefs mecquois, ligués avec d’autres tribus arabes, se préparaient à attaquer Médine, un musulman perse proposa de creuser une tranchée sur le côté nord de Médine. Bien que cette technique fût inconnue à l’époque en Arabie et que son avocat était un homme comme les autres, Muhammad l’évalua avec sérieux et la majorité des musulmans l’approuva. Ils creusèrent une tranchée de 5.5 km de long et 4.6 m de large.

  

 

 Lors d’une autre bataille célèbre, à Badr, un homme ordinaire dit à Muhammad: "O Prophète, si le choix de s’établir à cet endroit n’est pas le fruit d’une révélation, puis-je suggérer un autre endroit ?" La personne mit en avant les raisons de sa suggestion et, après consultation, Muhammad ainsi que la majorité des musulmans acceptèrent volontiers la proposition et ils choisirent un autre emplacement où s’établir

history

Respect de la foi des autres:

Muhammad ecourageait ses compagnons à être chaleureux et transparent avec les gens d’autres religions ou croyances, tout en gardant une personnalité afrmée et une compréhension limpide de leur foi islamique. Muhammad démontra à plusieurs reprises combien il respectait les autres, indépendamment de leur foi. On raconte qu’il se mit debout pour marquer son respect lorsque le cortège funéraire d’un juif passa devant lui et ses compagnons. Muhammad se mit debout pour le corps que l’on transportait: "C’est un être humain" (Peu importe sa race, sa foi ou son rang social). (Sahih Al-Bukhari, 2/85, 1312. Sahih Muslim, 3/58, 961)

 
history

Le dialogue interreligieux et la coexistence pacifque avec les gens ayant une autre croyance:

 

Le dialogue interreligieux peut se défnir comme la communication ou discussion bilatérale entre des gens de croyances ou traditions religieuses différentes, afn de créer une dynamique positive, telle que la compréhension et la conscience de l’autre remplacent les soupçons et la confusion,et l’hostilité laisse la place à la gentillesse.

 

En l’an 632 CE, Muhammad reçut et accueillit dans sa mosquée de Médine une délégation chrétienne qui venait de Najran au Yémen afn de connaître l’islam et de discuter des différences entre l’islam et le christianisme. Muhammad mit en place les règles et la manière de faire lors du dialogue ou du débat avec les autres, en se fondant sur les principes coraniques qui mettent l’accent sur le respect, la sagesse, la compréhension mutuelle et la gentillesse. Il récita les versets suivants du Saint Coran:

  

“Ne discutez avec les gens des Écritures que de la manière la plus courtoise, à moins qu’il ne s’agisse de ceux d’entre eux qui sont injustes. Dites-leur : Nous croyons en ce qui nous a été révélé et en ce qui vous a été révélé. Notre Dieu et le vôtre ne font qu’un Dieu Unique et nous Lui sommes totalement soumis.” Le Coran, 29:46 “Appelle à la voie de ton Seigneur avec sagesse et par de persuasives exhortations. Sois modéré dans ta discussion avec eux. Du reste, c’est ton Seigneur qui connaît mieux qui s’écarte de Sa Voie, comme Il connaît le mieux ceux qui sont bien guidés.” Le Coran, 16:125

 
history

La mosquée Omar et l’Église du Saint Sépulcre à Jérusalem:

Il existe dans la ville sainte de Jérusalem depuis plusieurs siècles un exemple de tolérance religieuse. Tout a commencé lorsque le second calife musulman de l’état islamique, Omar Bin Al-Khattab prit possession de Jérusalem (en 638 CE) de manière pacifque, sans faire couler une goutte de sang. Omar fut invité par l’archevêque de Jérusalem, Sophronius, à prier sans la Chapelle du Saint Sépulcre. La Chapelle est aussi connue sous le nom de

 

Chapelle dela Résurrection (Anastasis pour les chrétiens orthodoxes). C’est l’endroit saint du christianisme par excellence. Il comprend le Calvaire, où les chrétiens pensent que Jésus a été crucifé, ainsi que la tombe (ou sépulcre) où il fut enterré. C’est un endroit de pèlerinage important depuis le 4ème siècle. Omar ft un geste remarquable en refusant de prier dans la Chapelle et disant: "Si j’avais prié dans l’église, les musulmans l’auraient annexé et en aurait fait une mosquée ou un de leurs lieux de culte" Au lieu de cela, Omar ft sa prière à l’extérieur de l’église. Son action confrma la coexistence pacifque entre l’islam et les autres religions.

 

 

Elle confrma la liberté de religion pour les non musulmans dans un état islamique. Une mosquée fut construite à l’endroit où Omar ft sa prière pour commémorer l’événement historique (baptisée Mosquée d’Omar). Le calife Omar donna la responsabilité de la garde de la Chapelle à Ubadah Ibn Al-Samit, un compagnon du Prophète Muhammad, qui devint plus tard le premier juge musulman de Jérusalem. Ubadah mourut en l’an 658 CE et fut enterré au cimetière de la "Porte de la Miséricorde", dans le coin sud du mur entourant le Noble Sanctuaire. Le Sanctuaire comprend le Dome du Rocher et la Mosquée d’Al Aqsa

history

L’engagement d’Omar  

  Omar donna aux habitants de Jérusalem un engagement de paix et de protection qui fut connu plus tard sous le nom d’ "Engagement d’Omar". Il est encore accroché à la porte de la mosquée, et ce depuis des siècles.

 

 

L’engagement d’Omar

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux Voici l’assurance de la paix et de la protection donnée par le serviteur d’Allah, Omar, aux habitants de Ilia’ (Jérusalem). Il leur donne l’assurance d’une protection de leurs vies, leurs biens, leurs églises, et aussi bien le malade que le bien-portant dans toute la communauté religieuse. Leurs églises ne seront pas occupées, démolies, ou confsquées, partiellement ou en totalité. Ils ne seront pas forcés à changer de religion et ne seront pas blessés. Les gens d’Ilia’ doivent payer l’impôt (le "jizia") comme les habitants des villes le font (et comme les musulmans le font en payant un impôt similaire, la "zakat").

 

L'éthique des affaires  

Muhammad encourageait les affaires et le commerce fondés sur des valeurs islamiques nobles, opposées à toute escroquerie, aux transactions immorales, à la tromperie, à la fraude, au monopole et à l'exploitation. Muhammad indiqua:

Dieu étend sa miséricorde sur quiconque faisant preuve de tolérance lorsqu'il achète, lorsqu'il vend, ou lorsqu'il demande le respect de ses droits. (Ceci s'applique aussi bien aux hommes qu'aux femmes, Bukhari, 2076/16)

history

Mentir ou ne pas tenir ses promesses, c’est de l’hypocrisie:  

Muhammad dit: “Quiconque possède les quatre caractéristiques suivantes est un pur hypocrite et quiconque possède une de ces caractéristiques a une des caractéristiques de l’hypocrisie, jusqu’à ce qu’il l’abandonne:

1-  il commet des abus de confance
2-  il ment dès qu’il parle
3-  il trahit ses engagements
4-  il se comporte de manière injurieuse, mauvaise et imprudente, lorsqu’il se querelle.

Peu après son arrivée à Médine, il ordonna à ses compagnons d'acheter une parcelle et d'y pratiquer le libre-échange. On y achetait et vendait sans payer aucune commission ou droit de douane. Ils appelèrent cet endroit "manakha".
Manakha signife un endroit où les chameaux sont allongés sur le sol pour que les biens qu'ils transportent sur leurs dos puissent être déchargés et vendus.

history

NOTES

1 Riyadh Al-Salihin (183/3), (245/2), Sahih Al-Bukhari (13)
2 Riyadh Al-Salihin (121/5)
3 Riyadh Al-Salihin (858/2)
4 Sahih Al-Bukhari (11)
5 Sahih Al Albani, Abu Dawood, Emam Ahmed and Trimithi
6 Riyadh Al-Salihin (862/1), Bukhari (598/10)
7 Riyadh Al-Salihin (1591/1), Sahih Al-Bukhari (6065)
8 Riyadh Al-Salihin (1734/1) (1738/3)
  

history